Brève présentation du TDI

Source :did-research.org – Basics presentation

Le Trouble dissociatif de l’identité (TDI) est souvent dissimulé et difficile à remarquer. Seulement 5 à 6% des individus avec un TDI ont un TDI dit floride. Les changements de personnalité entre les alters sont rarement accompagnés par des changements extravagants mis en valeur par le changement de vêtements, de préférences et d’accent. En revanche, les systèmes peuvent aller très loin pour cacher leur condition, et nier et minimiser leurs symptômes autant que possible une fois diagnostiqués. Les alters se manifestent fréquemment à travers une influence passive plutôt qu’une prise totale de contrôle, et beaucoup de personnes avec un TDI sont amnésiques à propos de leur propre amnésie et ne remarquent même pas quand un changement de personnalité complet se produit.

D’après le DSM-5, les personnes qui sont diagnostiquées avec un TDI présentent souvent en comorbidité : un trouble de stress post-traumatique, un trouble dépressif, un trouble anxieux, un trouble de la personnalité comme le trouble de la personnalité borderline ou de la personnalité évitante, un trouble de conversion, un trouble de symptômes somatiques, des troubles alimentaires, des troubles liés à la prise de substances, un trouble obsessionnel compulsif, des troubles du sommeil, d’automutilation, ou encore des crises psychogènes non-épileptiques (CPNE).

Ces symptômes peuvent être confondus avec les troubles de l’humeur (comme le trouble bipolaire ou un trouble dépressif majeur), des troubles de la personnalité (comme le trouble de personnalité borderline), des troubles psychotiques (comme la schizophrénie), d’autres troubles dissociatifs (comme les autres troubles dissociatifs spécifiés ou l’amnésie dissociative), le trouble de stress post-traumatique seul, le trouble de conversion, le trouble obsessionnel compulsif, la paranoïa ou des troubles cognitifs.
Le TDI devient souvent plus visible avec l’âge, lorsque les personnes ayant ce trouble sortent du contexte ayant causé le traumatisme, ou encore quand la personne a des enfants qui atteignent l’âge où elle a été traumatisée, ou quand l’agresseur meurt ou contracte une maladie mortelle.

Le DSM-5 prévient que près de 70% des patients ambulatoires avec un TDI essaient de suicider. Certains alters peuvent également s’auto-mutiler, avoir des pensées suicidaires ou des pulsions rendant le traitement compliqué.

« Je peux vous promettre que si je ne vous dis pas que j’ai un TDI, vous ne le saurez jamais. Il y a eu une période durant laquelle mes symptômes étaient plus évidents, mais c’était il y a des années. Maintenant, je suis « très fonctionnelle », et personne ne remarque quoi que ce soit. Si personne n’a jamais remarqué les signes des abus, comment pourraient-ils s’attendre à reconnaître quelque chose d’encore plus complexe ? Non, je suis juste réservée et un peu étrange, c’est tout »
Star

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :