La division

Source :DID-research : splitting

La division est l’acte de créer un nouvel alter. Il existe des théories conflictuelles sur la façon dont ce phénomène se produit, mais aucune n’arrive à le décrire entièrement. Cependant, la combinaison de quelques-unes peut permettre de s’approcher d’une description exhaustive.

Dans la première théorie formulée, la division arrive lorsqu’un alter existant (ou, au début, un enfant terrifié et traumatisé) nie ce qui lui arrive, nie et rejette ses propres souvenirs, pensées, émotions, perceptions ou réaction, ou nie être l’individu présent à ce moment donné (il se convainc lui-même que quelqu’un d’autre est présent et subit l’évènement qu’il ne peut pas supporter).
C’est la théorie la plus vieille, qui décrit précisément la création d’alters qui ont l’impression de provenir d’autres alters déjà existants et qui ont pris de façon évidente des traits de caractères, des souvenirs, des perceptions, des opinions, des capacités, des talents ou une fonction de cet autre alter d’une façon qui a pu, ou non, changer cet alter d’origine.
Par exemple, si l’alter A est confronté à un trauma dont il n’avait pas conscience avant, il pourrait créer l’alter B, qui sera porteur du trauma et qui protégera l’alter A de toute conscience de ce trauma. L’alter B pourra également détenir aussi des traits de personnalités, des souvenirs ou des actions qu’il associe au trauma (par exemple : la colère, savoir qui sont les parents du système, posséder la force physique, mettre le corps au lit la nuit). Dans ce scénario, l’alter B pourra être plus ou moins similaire à l’alter A, et pourra voir ou non l’alter A en tant que source, ou forme primaire.

La seconde théorie sur la façon dont est créée un alter est celle de la dissociation structurelle.
D’après cette théorie, des alters sont créés quand une partie pré-existante ne peut pas intégrer de nouvelles donnée (souvenirs, émotions fortes, perceptions, schémas d’attachement…) aussi ces nouvelles données doivent former leur propre état d’identité. C’est la théorie la plus récente et elle semble décrire précisément la façon dont le TDI se créer en premier lieu, et comment de nouveaux alters sont développés en réponse à un nouveau trauma, de haut niveaux de stress, ou toutes autres expériences difficiles. Les alters qui se forment de cette façon partent de rien, et n’ont pas les avantages de posséder les traits de caractère d’un autre alter dont ils seraient issus. D’un autre côté, cela à l’avantage de permettre une grande capacité de spécialisation. D’après cette théorie de la dissociation structurelle, les alters créés en réponse à un trauma sont des parties émotionnelles (PE), et ceux créés pour gérer la vie quotidienne sont les parties apparemment normales (PAN).

Dans tous les cas, les alters sont le résultat d’un stress extrême. L’esprit, même celui d’un individu avec un Trouble Dissociatif de l’Identité (TDI), n’aime pas être fracturé de la sorte. Il est vrai que ceux qui ont l’habitude d’utiliser la division comme mécanisme d’adaptation peuvent sembler capable de se diviser pour un rien, mais beaucoup d’individus ne peuvent se diviser que si c’est la seule solution à leur protection, leur fonctionnement ou leur capacité à se dissimuler en tant que système.

Les parties nouvellement divisées peuvent ou non être développées. Les alters qui proviennent d’une ou plusieurs sources pourront avoir plus de substance, ou être capable de gagner en substance plus rapidement, mais beaucoup de nouveaux divisés sont, au début, désorienté, dépersonnalisé, et se sentent vides, plats, ou pas totalement formés. Ces alters peuvent être appelé « fragments ». Les alters se développent et se séparent de leur partie originelle qu’une fois qu’ils vivent de nouvelles choses, interagissent avec des gens et ont une chance de réagir par eux-mêmes.

Il doit être signalé qu’une partie ne peut pas contenir ce qui n’a pas été vécu par l’individu. Pour utiliser un exemple clair et extrême, une partie ne pourra pas détenir le savoir d’un médecin si le système n’a pas reçu de formation médicale. Sur un niveau plus réaliste, une partie ne pourra pas être créée pour soigner automatiquement le système, ou gérer tous les problèmes du système, si les capacités d’adaptation et le désir de guérir n’est pas déjà présent au sein du système.

« Devenir conscient d’une division peut être très angoissant, ou source d’une grande confusion. Je me souviens quand j’ai découvert que notre second hôte s’est divisé pour m’aider à gérer une relation : j’étais en train de parler à un autre système TDI quand j’ai explosé en larme à la révélation. C’était dévastant d’apprendre que la situation était alors assez mauvaise pour que notre esprit éprouve le besoin de nous défendre. »
– Static Nonsense

« Nous avons connu plusieurs divisions depuis que nous avons pris conscience de notre TDI, mais il y en a une qui sort du lot parce qu’elle est restée longtemps et ne s’est pas réintégrée spontanément : un alter créé pour le déni.
Elle avait l’habitude de prendre le contrôle et de complètement paniquer au sujet de notre ‘obsession’ pour le TDI. Elle était convaincue d’être une personne faible d’esprit, qui ne pouvait s’empêcher de mentir aux autres pour attirer leur sympathie et leur attention. Elle est allée jusqu’à tenir le compte du maximum de jours qu’elle pouvait passer sans penser une seule fois au fait d’avoir des alters !
Elle n’est plus très active désormais, mais je peux encore la sentir dans le coin quand quelque chose me pousser à douter de la réalité du diagnostic. »

– Star

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :