20 Types d’alters

Source : Discussingdissociation.com – 20 types of dissociative splits

Cela me surprend toujours quand un survivant me dit, après avoir rencontré trois ou quatre alters (ou parfois un peu plus, mais pas beaucoup), qu’ils pensent qu’ils ont rencontré tout le monde au sein du système. Ils pensent qu’ils en ont fini avec la phase de rencontre de leurs alters.
Cela ne m’a jamais paru sensé.
Oh, je comprenne que les survivants voudraient croire qu’ils ont peu d’alters à l’intérieur, mais cet espoir cadre rarement avec le nombre de symptômes dissociatifs qu’ils vivent.

Par exemple, si quelqu’un a des périodes de trous noirs, mais est persuadé d’avoir une bonne et solide relation avec toutes les parties qu’il connait, alors pourquoi a-t-il ces trous noirs ?

Alors oui, il est possible que quelqu’un que vous connaissez dans votre système puisse toujours bloquer votre conscience à certains moments. Mais si tous ceux que vous connaissez dans votre système disent qu’ils ne savent pas ce qui est arrivé pendant la période où vous avez eu un trou noir, alors il est logique de considérer que c’était d’autres parties du système qui présentent dehors durant ce laps de temps manquant. Si vous tous avez des trous noirs impossibles à combler, alors c’est qu’il reste des parties à rencontrer.

Selon moi, rencontrer de nouvelles parties est un signe de progrès.
Rencontrer de nouvelles parties n’est pas la même chose que créer de nouvelles parties. C’est simplement trouver les parties qui ont été cachées par d’épais murs dissociatifs. A chaque fois que vous retrouvez des informations qui étaient bloquées par la dissociation, vous faites des progrès. Apprendre à propos de votre système et votre histoire est toujours un avancement.

Qui devriez-vous rencontrer lorsque vous cherchez s’il y a de nouvelles parties à trouver ? Chaque survivant a un système propre et unique, bien sûr. Aucun système n’est exactement semblable à un autre. Il n’y a rien de bien ou de mal dans la taille de votre système, ou dans la façon dont votre système est organisé. Vous vous êtes séparés autant de fois qu’il a fallu et vous avez autant de parties que nécessaire.

Cependant, il existe des types d’alters communs chez la plupart des survivants TDI. Voici une liste non-exhaustive :

1 – L’hôte

Vérifiez qui a été l’hôte à différents moments de votre vie. Ce rôle peut changer et être assigné à une partie ou une autre. L’hôte est celui qui gère le monde extérieur. Il est souvent celui qui va à l’école ou au travail. Il gère les interactions avec les gens extérieurs et utilise en général le nom légal (mais pas toujours).

2 – L’enfant

Votre séparation dissociative a dû commencer au plus tard à l’âge de sept ans, donc vous aurez au moins une partie enfant. Cependant la plupart des survivants TDI ont une ribambelle de parties enfants.

3 – Ceux qui sont relativement heureux et sans traumatisme

Ces parties ne se rappellent pas avoir vécu de traumatismes. Elles peuvent avoir n’importe quel âge, mais elles croient qu’elles ont eu une enfance et/ou une vie d’adulte sans danger et heureuse. Certaines parties peuvent savoir qu’il y a eu des violences durant l’enfance, mais peuvent ne pas être capable de réaliser que des violences sont également arrivées durant la vie d’adulte.

4 – Ceux qui ont été créés pour gérer le monde extérieur

Ces parties peuvent avoir été celles qui sont allées à l’école, au travail, ou qui gèrent les interactions sociales. Elles sont généralement assez séparées des porteurs de traumatismes, ou de ceux qui détiennent des émotions intenses. Ces parties peuvent ne pas être conscientes de tous les traumatismes, elles peuvent être dans le déni, et avoir pour travail d’avoir l’air aussi normal que possible. Elles aident la personne à traverser la vie en accomplissant des choses normales.

5 – Ceux qui ne se souviennent pas que quelque chose de bon soit jamais arrivé

S’il y a des parties qui ne se rappellent que les bonnes choses, il y en a qui ne se rappellent que les choses douloureuses. Elles possèdent les informations que les parties normales et heureuses ne sont pas autorisées à savoir, vivre ou se rappeler.

6 – Ceux qui détiennent beaucoup de souvenirs traumatiques

Ces parties ont pu vivre ou être témoins des traumatismes, des violences, de la négligence, etc.
Arriver à connaître ces parties implique d’entendre ces histoires à propos des traumatismes, ressentir des souvenirs physiques à propos des traumatismes, vivre des flash-back, etc. Il est commun que plusieurs parties détiennent plusieurs types de violences commises par plusieurs agresseurs. Par exemple, une partie pourra détenir le souvenir d’un type de violences spécifiquement fait par l’agresseur A. Une autre pourra détenir le souvenir d’un autre type de violences de la part de l’agresseur A. Une autre partie détiendra les souvenirs de violences effectuées par l’agresseur B, et ainsi de suite.

7 – Ceux qui détiennent une émotion spécifique

Beaucoup de gens dissocient plusieurs émotions en morceaux pour contenir ces sentiments intenses et éprouvants. Si vous croyez, par exemple, que vous n’avez jamais ressenti de la colère, vous aurez certainement d’autres parties de votre système qui contiennent cette émotion pour vous. Ces parties ont souvent des noms comme « la petite fille triste », « celui toujours en colère », ou « celui qui est effrayé ». Arriver à connaître ces parties signifiera commencer à accepter et ressentir ces émotions.

8 – Ceux qui détiennent les souvenirs des années particulièrement traumatisantes

Ces parties peuvent aussi être des porteurs de souvenirs, mais durant les années au cours desquelles il y a eu le plus de stress dans la vie extérieure, elles auront pris plus d’importance. Des années d’extrêmes violences peuvent mener à plus de parties créées à un âge similaire, car plus de personnalités étaient nécessaires pour gérer ces violences.

9 – Ceux loyaux à la mère

Tous les enfants aiment leur mère, même les mères violentes ou négligentes. Cependant, il se peut que cette émotion doive être contenue au sein de parties spécifiques, surtout dans le cas de mères violentes. Certaines sont créées pour être en accord avec les violences perpétrées par la mère (les définissant comme tout sauf des violences) et d’autres pour être obéissantes à la mère, même si elles sont terrifiées ou en souffrance.

10 – Ceux loyaux au père

Exactement comme avec la mère, le père peut avoir une grande variété de parties qui lui sont loyales à lui, à ses croyances, ses agissements etc. Elles peuvent avoir appris qu’il est plus sûr de suivre l’agresseur et de se séparer de l’enfant.

11 – Ceux qui sont loyaux aux agresseurs

Ces parties sont souvent récompensées par les agresseurs et encouragées à se voir comme étant totalement séparées du reste du système. Cela prendra beaucoup de temps pour ramener leur loyauté à la personne dont elles ont été issues.

12 – Les introjects

Les introjects se perçoivent comme des gens extérieurs et sont le plus souvent créés pour être des reflets de personnes extérieures au système. Le système internalise des parties qui agissent, pensent, croient être l’image exacte de la personne extérieure qu’elles reproduisent, à ceci près qu’elles croient souvent être ladite personne (et non une copie). Elles peuvent croire profondément qu’elles sont une personne différente du moi du survivant, parfois avec un corps différent du survivant. Ces parties possèdent beaucoup de souvenir, d’informations factuelles, d’émotions qui renvoient à la façon dont était perçue la personne extérieure et ce qu’elle provoquait comme sentiments.

13 – Ceux qui contiennent la programmation / le message de contrôle mental

Ces parties sont souvent créées à dessein et volontairement par des agresseurs organisés. Ces parties se voient donner des connaissances spécifiques qui fonctionnent comme des « règles » afin de contrôler le comportement du survivant. Elles sont souvent séparées de l’hôte, et assez cachées dans les tréfonds du système. Le reste du système pourra percevoir leur influence, mais aura du mal à les reconnaître comme des alters spécifiques.

14 – Ceux qui détestent la mère ou le père

Haïr ses parents peut être un dilemme difficile à supporter, surtout quand il existe toujours des parties de la personne qui aiment vraiment leurs parents. Cependant, des années de violences et de négligence peuvent créer un besoin pour ces parties de contenir la haine qu’elles ressentent pour les parents qui permettent que de telles atrocités arrivent à leur enfant. Refuser de reconnaître les parents ou nier avec force que les parents sont ses parents est une option.

15 – Ceux créés suivant le schéma de la dynamique familiale

Certains survivants internalisent leur famille au sein de leur propre système. Vous pourriez trouver des répliques des sœurs, des frères, des parents, des tantes, des oncles, des grand-parents etc. La dynamique de la famille sera jouée de différentes façons mais sera plus facilement visible dans la façon dont le survivant rassemblera son système.

16 – Les « Flottants »

Les survivants ont souvent des parties qui se sont séparées et éloignées, et d’autres qui se sont détachées du corps d’une façon ou d’une autre durant un traumatisme trop éprouvant. Et comme ces parties ont pu s’élever au-dessus du corps et maintenir un point de vue du type « expérience hors du corps », elles peuvent avoir des informations spécifiques à partager avec le survivant à propos des choses qui leurs sont arrivées.

17 – Les Internal self-Helpers (ISH)

Ces parties ont pu être créées par le système lui-même et pas nécessairement durant un acte violent. Ils sont généralement les leaders du système, sont considérés comme porteurs de sagesse, de paix, ou vu comme des guides spirituels. Ils sont dévolus au système en tant que Tout, et travaillent au maintien de la sécurité, de la stabilité, de l’équilibre, etc. Ils ont généralement peu de contacts avec le monde extérieur et concentrent toute leur énergie à aider à la survie du système.

18 – Ceux qui sont des figures parentales pour les enfants extérieurs

Ce n’est pas rare pour un survivant de créer des « parties servant de parents » afin d’être autant concentré que possible sur l’éducation des enfants extérieurs au système. Ces parties travaillent souvent très dur afin d’être différentes de leurs propres parents, et se battent pour être les meilleurs parents possibles.

19 – Ceux qui sont violents envers les autres

C’est un sujet difficile à aborder pour un survivant, mais c’est plus commun qu’on ne le pense. Spécialement pour les gens qui ont été violentés par des agresseurs organisés (càd : cultes, groupes d’esclaves sexuels, etc.), il peut y avoir des parties qui auront été forcées à adopter le rôle d’agresseur et à faire des choses ayant blessé d’autres gens.

20 – Ceux qui possèdent une capacité ou un talent spécifique

Certaines parties peuvent être créées pour développer des talents ou capacités positives, souvent afin d’aider à gérer, exprimer, ou éviter la douleur ressentie par les autres membres du système. Peut-être qu’une partie est meilleure dans l’apprentissage d’un instrument. Peut-être qu’une autre aura appris à écrire de la poésie. Ou peut-être que quelqu’un aura été créé pour être un athlète et courir, sauter, exceller au sport, etc.

Comme vous pouvez le voir, on peut avoir un système très large juste pour remplir des rôles assez communs, ceux qui sont les plus utiles pour survivre aux abus. Certaines parties peuvent avoir plusieurs de ces rôles, balayant une grande variété de ces catégories.

Mais ne soyez pas surpris si vous avez plusieurs parties qui tombent dans les mêmes catégories. Beaucoup de survivants sont dans ce cas.

Chaleureusement,
Kathy

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :