Dépression et bipolarité

Source :DID-research : Comorbid

Le trouble dissociatif de l’identité (TDI) est fréquemment comorbide avec les troubles dépressifs et bipolaires, connus auparavant sous le nom de « Troubles de l’humeur ».

Les troubles dépressifs incluent :

  • Perturbations de l’humeur, troubles d’humeur déréglée
  • Troubles dépressifs majeurs
    Préciser s’il s’agit d’un épisode simple ou récurrent ; s’il est léger, modéré, ou sévère ; avec des caractéristiques psychotiques ; en rémission partielle, totale, ou non-spécifiée
  • Trouble dépressif chronique (dysthymie)
    Préciser si en rémission partielle ou totale ; avec début précoce ou tardif ; avec des syndromes dysthymiques purs ; des épisodes de dépression chronique, des épisodes de dépression intermittente majeure avec l’épisode actuel, ou des épisode de dépression intermittente majeure sans l’épisode actuel ; s’il est léger, modéré ou sévère.
  • Troubles dysphoriques prémenstruels
  • Troubles dépressifs liés à la prise de substances ou de médicaments
    Précisez si l’apparition est pendant l’intoxication ou après
  • Troubles dépressifs dus à d’autres conditions médicales
    Précisez si c’est avec des caractéristiques dépressifs, avec des épisodes de dépression chronique, ou toute autre caractéristique
  • Troubles dépressifs spécifiés ou non-spécifiés.

Le trouble dépressif majeur et chronique (dysthymie) ont tous deux des spécifications : détresse anxieuse (légère, modérée, modérée-sévère ou sévère) avec différentes caractéristiques, des caractéristiques mélancoliques ou atypiques, ou psychotiques conformes à l’humeur, avec de la catatonie, en début de d’épisode peripartum, ou avec un déclencheur saisonnier.

Les troubles dépressifs sont caractérisés par « une humeur triste, vide ou irritable accompagnés par des changements somatiques et cognitifs qui impactent de manière significative l’habilité de fonctionner de l’individu ». Les troubles dans cette catégorie se définissent par « la durée, le temps, ou une étiologie présumée ».

Les symptômes de dépression majeurs incluent 5 de ces symptômes, ou plus :

  • humeur dépressive
  • perte de poids significative ou changement de l’appétit
  • insomnie ou hyposomnie
  • une agitation observable ou montrée dans les mouvements
  • fatigue ou perte d’énergie
  • le sentiment d’inutilité ou de culpabilité
  • une diminution de l’aptitude de parler, réfléchir ou prendre des décisions
  • des pensées récurrentes sur la mort et le suicide.

Les symptômes de la dysthymie sont persistants et incluent une humeur déprimée et 2 de ces symptômes, ou plus :

  • appétit pauvre ou dans l’excès
  • insomnie ou hyposomnie
  • perte d’énergie ou fatigue
  • faible estime de soi
  • concentration pauvre ou difficulté à prendre des décisions
  • sentiments de désespoir.

Les troubles bipolaires et apparentés sont similaires aux troubles dépressifs et au spectre de la schizophrénie, ainsi que d’autres troubles psychotiques en termes de symptômes, histoire de famille et génétique.

Le trouble bipolaire I est le classique « trouble maniaco-dépressif » ou « psychose affective ». L’accent est mis sur l’épisode maniaque dans sa totalité. Cependant, la plupart des individus touchés par le trouble bipolaire I sont aussi atteints par des épisodes pleinement dépressifs.

Par contraste, le trouble bipolaire II nécessite un épisode pleinement dépressif et un épisode pleinement hypomaniaque. Le trouble bipolaire II était considéré comme une version plus douce du trouble bipolaire I, mais de nombreuses personnes atteintes du trouble bipolaire II passent beaucoup de temps dans des épisodes dépressifs, et le trouble est associé à une déficience grave dans le travail et le social.

Le trouble cyclothymique est plus une véritable version douce des troubles bipolaires, car il est caractérisé par au moins 2 ans d’épisodes hypomaniaques et dépressifs sans jamais remplir les critères de manie, d’hypomanie ou de dépression majeure.

Un épisode maniaque est défini comme « une période distincte d’humeur anormalement élevée, ou une humeur irritable et anormalement dirigé sur une activité ou sur l’énergie ». Un épisode hypomaniaque est similaire à un épisode maniaque mais dure seulement 4 jours au lieu d’une semaine (bien que peu importe la longueur, l’épisode est considéré comme maniaque s’il requiert une hospitalisation).

Un épisode de dépression majeure est défini par une humeur dépressive ou une perte d’intérêt ou de plaisir en addition aux 4 à 9 symptômes possibles parmi ceux qui sont spécifiés pour le trouble dépressif majeur.

Nous avons été diagnostiqués avec un trouble dépressif majeur quelques années auparavant, mais cela fait bien plus longtemps que nous sommes coincés dedans. Nous avons appris comment reconnaître et répondre aux pensées causées par cela, mais les problèmes de sommeil sont mauvais. Nous pouvons aisément passer deux heures juste perdus dans nos pensées, sur toutes les responsabilités que nous avons et ce qui pourrait arriver de mal. Ces pensées reviennent pendant la journée, ce qui rend n’importe quelle décision impossible.
– Selene

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :